IntroBonjour à tous, résidents du lac Louisa,

Après un bel été où beaucoup d'entre nous ont eu la chance de profiter pleinement du lac, du club et des gens formidables, l'APLL est heureuse de partager avec vous les résultats de notre rapport de plongeur effectué en aout 2018, le procès-verbal de notre assemblée générale annuelle du 5 août 2018, ainsi que la présentation des algues bleu-vert.

 

 

 

Ces documents fournissent une mine d’informations, y compris de nombreuses informations que vous ne connaissez peut-être pas.

Veuillez cliquer sur les liens suivants pour accéder aux documents de votre choix:

 

Jean-Louis Courteau nous a également fourni un rapport sur la cartographie du littoral pour 2018

Rapport de la santé de Lac Louisa


Photo de Jean-Louis Courteau 2Il semble que le lac Louisa soit encore cette année libre de myriophylle à épi invasif.JLC 1291aaa
Bonne nouvelle!

Mais ceci ne signifie pas qu’il faille cesser d’être vigilants! Il est de la toute première importance que chacun apprenne à identifier cette plante et rapporte immédiatement toute observation. Quand une invasion est prise à temps, elle peut être stoppée.
Cherchez le myriophylle dans les baies peu profondes, entre 0 et 15 pieds de profondeur. Surtout entre 4 et 10 pieds.

Le lac est très riche en plantes aquatiques de toutes sortes, dominées par la famille des potamots, et c’est une bonne chose.


Quant aux algues, (les algues et les plantes sont deux choses différentes: les algues sont presque toutes microscopiques.) Elles sont TOUJOURS le résultat d’une surabondance de nutriments dans l’eau, et la surabondance est pratiquement TOUJOURS reliée à l’activité humaine.


JLC 1309aaaInstallations septiques inadéquates, dévégétalisation des berges entrainant des rigoles d’eau de pluie chargées, bateaux Photo de Jean-Louis Courteau 5produisant de fortes vagues qui brassent les sédiments et remettent en circulation les nutriments enfouis...

Pour les mêmes raisons, on ne devrait jamais laisser sur les quais ou près de l’eau des plantes décoratives en pots. Avec la pluie et le débordement, les fertilisants et nutriments se retrouvent dans le lac et nourrissent les algues.


Un gros pot de plante pourra en une saison apporter dans le lac autant de nutriments que 100 gallons d’eaux usées de fosse septique!!!

Pas besoin de chercher a ‘’embellir’’ le lac: vous y avez emménagé parce qu’il était déjà beau!


Laissez la nature agir; elle s’y connait!

Je vous souhaite une fin de saison aussi belle que l’a été cet été merveilleux.
Apprenez à connaitre les plantes aquatiques et votre lac, et restez vigilants!
Photo de Jean-Louis Courteau 6
Jean-Louis Courteau
CIEL (Centre d’Interprétation des Eaux Laurentiennes)
47 rue de l’Église
Lac-des-Seize-Iles, Qc.
J0T2M0
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.